L'Entrée ouverte au palais fermé du Roi (suivi de ‎La fontaine de la vérité chimique): Traité intégral sur l'alchimie (Littérature ésotérique) par Eyrénée Philalèthe

Titre de livre: L'Entrée ouverte au palais fermé du Roi (suivi de ‎La fontaine de la vérité chimique): Traité intégral sur l'alchimie (Littérature ésotérique)

Auteur: Eyrénée Philalèthe

Broché: 100 pages

Date de sortie: October 6, 2013

Éditeur: Ink book

L'Entrée ouverte au palais fermé du Roi (suivi de ‎La fontaine de la vérité chimique): Traité intégral sur l'alchimie (Littérature ésotérique) par Eyrénée Philalèthe

Obtenez le livre L'Entrée ouverte au palais fermé du Roi (suivi de ‎La fontaine de la vérité chimique): Traité intégral sur l'alchimie (Littérature ésotérique) par Eyrénée Philalèthe au format PDF ou EPUB. Vous pouvez lire des livres en ligne ou les enregistrer sur vos appareils. Tous les livres sont disponibles au téléchargement sans avoir à dépenser de l'argent.

Eyrénée Philalèthe avec L'Entrée ouverte au palais fermé du Roi (suivi de ‎La fontaine de la vérité chimique): Traité intégral sur l'alchimie (Littérature ésotérique)

‎‎ Traité intégral sur l’alchimie par l'un des plus importants philosophes hermétiques du XVIIe s.

Eirenaeus Philalethe (francisé Eyrénée ou Irénée Philalèthe) était le pseudonyme de George Starkey ou Stirk, un médecin américain, fils d’un apothicaire, né aux Bermudes, qui exerça son métier en Amérique et en Angleterre. A ne pas confondre avec Eugenius Philalethe alias Thomas Vaughan, dont Starkey a été l’ami et disciple. Il était un adepte et admirateur de l’alchimiste et médecin hollandais Jean-Baptiste van Helmont (1577-1644). Son œuvre la plus célèbre est ‘Entrée ouverte au palais fermé du Roi’ (Introitus apertus ad occlusum regis palatium). Ses oeuvres circulaient d’abord sous forme de manuscrits comme celui-ci et furent seulement publiées après sa mort. Le traité sur la fontaine philosophique chimique (on le trouve aussi sous le titre de ‘Fontaine de la vérité chimique’) fut publié en 1668 à Amsterdam, en latin, et 1694, à Londres, en anglais, avec deux autres traités (Tres tractatus de metallorum transmutatione...). Nous ne connaissons pas le traducteur de la version française. Il s’agit probablement de Jean Le Pelletier (1633-1711), un alchimiste français. (Caillet, Manuel bibl. d. sc. psych. ou occultes, 552; Rosenthal, Bibl. magica et pneumatica, 809.) ‎

Format professionnel électronique © Ink Book édition.

Bestseller Livres